Comptes-rendus 2008
Comptes-rendus 2009
Comptes-rendus 2010
Comptes-rendus 2011
Comptes-rendus 2012

Grille de départ bol d'argent
Résultat du bol d'argent

Résultats Twin Cup
Résultats Gladius Trophy
Résultats Roadster Cup

 

 

 

 

 

3ème place au Mans!
Comment reconnait-on un chat heureux?
Lorsqu'il est sur le podium!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Damien dans le platre
Bon rétablissement Damien!

 

 

3eme place au Vigeant!
Le chat est toujours là!

 

 

 

 

 

 

 

La Nudatak, un moteur gros comme ša!
La position Nudatak!

 

Les insolites du paddock
Insolite du paddock: Bernard le Renard ("NUE")

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1ere place au Gladius Trophy
Premier du Gladius Trophy, un bon début.

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 


Photo deux minutes avant le départ... Le team manager n'est pas crispé!

 

Le Mans, circuit privilégié des 24h. Un autre circuit affectionné par Eric. Il fait beau, l'ambiance dans le paddock est toujours aussi bonne. Le but: en profiter car après, c'est l'intersaison.
Dès les essais Eric est dans le coup et se sent bien. A la première séance d'essai il roule détendu et fini 2ème. Le premier est à moins de 2 dixièmes. Le pneu arrière est toujours celui du Vigeant et n'est pas de première jeunesse. Les réglages de la moto ont vite été trouvés, l'équipe pense sérieusement à finir sur la plus haute marche pour marquer le coup. Comme la Nuda ne s'est pas laissé faire, Eric roule en Gladius en TwinCup et en RoadsterCup. Le team change le pneu afin de repartir sur une bonne base et voir jusqu'où les chronos peuvent descendre mais surprise, les chronos régressent. Quand Eric rentre aux stands il se plaint de grosses glisses qui l'empêche de rouler. Comme il lui reste des pneus de la saison, la décision est prise de mettre un autre nouveau pneu. Malheureusement la deuxième séance d'essai ne se passe pas mieux... Les autres améliorent et Eric partira 4eme. Il reste peu de solutions à essayer. Coûte que coûte et comme la tension monte, le team décide de tenter le tout pour le tout et de partir avec le vieux pneu du Vigeant pour la course. En effet aucune sensation de glisse n'était apparu avec ce pneu là.
Et c'est le départ! Eric part très bien et n'est pas loin de virer en tête lorsque un pilote venu de nulle part arrive en catastrophe et l'oblige à ralentir pour entrer dans le premier virage. A la fin du premier tour Eric passe quand même 3ème dans la ligne droite. Déjà, un petit écart se creuse entre les deux premiers et le reste de la meute. Eric emmène derrière lui Philippe (#61) et le doc (#40). La course s'annonce intéressante. Eric, très à l'aise avec son pneu usé, croit toujours en la victoire et enchaine les tours rapides pour remonter sur la tête. Derrière lui le Doc et Philippe bagarrent pour la 4eme place. Malheureusement pour ces deux pilotes, un accrochage va définitivement mettre Philippe hors course et le doc à plusieurs encablure derrière. Eric, loin de se soucier de ce qui se passe derrière, poursuit son effort et tente toujours de remonter. Mais les deux pilotes de tête se tirent l'un l'autre et le courage d'Eric n'y fera rien. Il finit à la 3eme place. Mais c'est un podium au gout de victoire au vu des problèmes de pneu et la contre performance des qualifs.
C'est finalement un grand soulagement pour le team de finir à cette 3eme place Twin et première place Gladius. Cela permet à Eric de finir 1er du challenge Gladius qu'il a mené toute l'année et lui permet de quitter la Twin Cup pour s'engager exclusivement en RoadsterCup l'an prochain au guidon d'une GSR.
Un beau week-end au final qui se termine avec le plaisir de se muer en spectateur pour suivre les 24h du Mans qui se sont révélés riches en rebondissements.

Rendez-vous l'année prochaine dans la catégorie au combien disputée de la roadstercup!

Si c'est à Paris qu'il fallait être pour se faire connaître, c'est au Vigeant qu'il fallait aller pour retrouver de vieilles connaissances. Un beau temps agrémenté de belles courses en bonne compagnie, il n'en fallait pas plus (ou presque...) pour combler le team. Mais ne brûlons pas les étapes.
Le week-end commence cette fois le jeudi avec une journée d'essais uniquement sur Gladius afin de déterminer la bonne démultiplication, un problème récurrent au Vigeant. Le vendredi, les chronos descendent et la Gladius trouve rapidement ses marques sur ce circuit. Il reste encore à être dans le bon rythme mais le chemin est pris.
Le samedi Eric part en pneu neuf pour la première qualif mais un temps d'attente conséquent sur la pré-grille suite à une chute dans la session précédente va refroidir les pneus et lui faire quelques frayeurs. Peu à l'aise Eric prendra un 5eme temps provisoire. Il rentre alors pour faire quelques tours en Nuda. Sans trop de surprises et malgré les multiples essais et de nouvelles chapes d'amortisseur -merci Nanard), la Nuda ne se laisse toujours pas dompter et la place sur la grille comme en course sera loin. L'expérience risque donc de s'arrêter là... Pendant ce temps l'équipe se rend compte que le pot de la Gladius est largement fendu! Heureusement pour le team, les monos sont là et un rapide petit tour (efficace) auprès du team #65 va remédier rapidement à ce problème. Un grand merci à eux. Pour la deuxième qualif en Twin, Eric n'est pas très confiant suite à la séance du matin et il peine à descendre le chrono. D'ailleurs la série sera écourtée et il n'aura pas le temps d'améliorer. Résultat, ce sera une décevante 10eme place sur la grille...
Place maintenant aux courses! La course rapide de Twin Cup commence par un bon départ d'Eric, qui va finir par nous y habituer, en 7eme position. Il se place juste derrière le doc et Philippe (#61). Il dépasse assez vite le doc et garde la roue de Philippe qui remonte sur la tête de la course. En ligne de mire: François Gilles... Il bataille un moment avec Philippe avant de voir s'envoler l'écrou de colonne de direction dans le pif paf après la ligne droite! Par un réflexe non calculé, il rattrape l'écrou au vol et tente de le revisser. Dans l'intervalle deux pilotes, dont le doc, en profitent pour le dépasser. Une fois remis de ses émotions, il reprend son rythme et se met à remonter, à doubler le doc et à se mettre en chasse des autres mais cette fois il est trop tard, la course est finie et il faudra se contenter de la 7eme place.
Pour la course longue, l'espoir est permis, le temps joue bien souvent en faveur du "vieux" chat! Malheureusement le début de course ne se présente pas sous les meilleurs hospices, il perd des places au départ pour se retrouver derrière le peloton des dix premiers. Mais il a le couteau entre les dents et remonte sur la tête en enchainant l'amélioration de ses chronos. Après quelques tours il emmène déjà dans sa roue le doc, qui s'accroche, et il se bat avec Philippe pour le gain de la 5eme place. A se stade de la course il est temps de ravitailler et tout se passe sans soucis. Ce ne sera pas le cas pour Philippe qui ravitaille en même temps mais perd quelques secondes dans les stands. Eric repart en 5eme position à 2 secondes du #59 et dans les mêmes chronos. Devant le #59, le #71 s'essouffle et Eric fini par les doubler tout les deux! Avec des temps enfin dans les chronos proches des 3 premiers. Cela ne trompe pas d'ailleurs car il est en 3eme position à se moment là de la course. Il fait cependant une petite erreur et le 59 le repasse en bout de ligne droite ce qui augure une belle bagarre entre les deux. Malheureusement pour le #59 la course est interrompue par drapeau rouge à ce moment là, à six minutes de la fin. Et c'est à l'avantage d'Eric, qui enfin rassurer sur sa compétitivité, se voit octroyé la 3eme place!
C'est une belle récompense après le week-end éprouvant de Carole (où l'ambition était peut être plus élevée et le planning trop chargé) et toute l'équipe et heureuse par ce beau résultat. Sans compter sur le plaisir qu'on a eu à retrouver des anciens de la Cup (Pascal le Bigot, Nolwen, Pascal Amat). Merci à eux d'être venu et d'avoir donner un coup de main. J'en profite pour remercier aussi Alain et Xavier.
Vivement le Mans car l'équipe est prête à finir en beauté...

 

Si Paris est bien la capitale de France, il faut croire que c'est à Carole qu'il faut être pour rencontrer du monde et faire le show. Car du beau monde il y en a eu ce week-end avec entre autre Dominique Méliand et Vincent Philippe venus pour parainer les championnats Gladius trophy et challenge GSR. Du show il y en a eu aussi avec la préparation du prochain numéro de RRMag, qui a donné lieu à une scéance photo digne des plus grands artistes (voir la vidéo). Avec tous ça le week-end ne s'annonçait pas de tout repos.
Le vendredi commencent les traditionnels essais avec une Nuda toujours réticente et qui plus est Eric ne se sent pas à l'aise sur la Gladius non plus. Les chronos peinent à tomber et le soleil afin de la partie réchauffe rapidement l'air et la piste... mais aussi la Nuda qui montre des signes de surchauffe.
Les qualifs quant à elles se présentent mieux. Un 3ème temps en gladius à la fin de la première scéance remet un peu du beaume au coeur. Mais les chronos des années passées sont encore loin et la deuxième scéance confirme cette sensations car les chronos ne tombent pas et la place sur la grille au final est une 5ème position. Eric repart déçu car il avait litéralement surclassé la concurrence il y a deux ans. En Nuda la chose est entendu et ce n'est ni les essais de Thomas Metro venu en guest star ni ceux de Fred Chaplain qui remettront en cause ce que le team avait identifié: un train avant qui ne veut pas rester en bas, qui dribble et une garde au sol limitée. Quelques paliatifs seront effectués mais le mal est plus profond et il faudra au final commander des pièces sur mesure pour les prochaines courses. Au final, en total manque de confiance, la Nuda se place en 25ème place.
Première course rapide de Gladius, après un départ correct, Eric passe le premier tour en 5ème position avant de passer en 4ème position au tour d'après. Il emmène dans sa route un autre Eric, Eric Dolhem #31. Mais malgré la menace Eric (Double One, vous suivez?) conserve l'avantage à l'issu de la course est fini donc en 4ème position, au pied du podium.
En roadstercup, le départ très prudent précède une remontée régulière qui voit Eric gagner des places à chaque tour. La chute d'un concurrent suspend cependant la course et donne lieu à un second départ. Le scénario se répête mais on sent que la porte des points est accessible. C'est sans compter sur la nuda qui redonne des signes de chauffe et qui oblige Eric à abandonner à 5 tours de l'arrivée. On notera sur cette course la chute malheureuse d'Aurélien Chevallier (victorieux l'an dernier en Twin Cup) qui avait "fait le trou" et faisait la course en tête.
Pour le dimanche les courses d'endurance vont se dérouler de manière moins sereines car la météo décide de redistribuer les cartes. En TwinCup, il pleut avant le départ et la course commence en pneu pluie pour presque tout le plateau. Mais le vent et le soleil apparaissent et la piste va sécher pendant une heure durant. Eric, après un assez bon départ se retrouve rapidement en 4ème position en bataille encore une fois avec Eric Dolhem. Le ravitaillement passé, Eric compte alors 11s sur son poursuivant #31. Il peut se concentrer pour économiser ses pneus et partir à la chasse du podium. Car le pilote devant #71 n'a plus beaucoup de gomme sur le pneu alors qu'Eric a conserver un peu du sien pour la fin de course. La chasse est lancé et à 3 tours de l'arrivée Eric arrache un podium bien mérité.
Pour la course de Roadstercup, la tendance s'inverse. Tout le monde par en pneu sec alors que la pluie se met à tomber sur la grille de départ et ne s'arrêtera plus de la journée. Dans les box, c'est le chaos. Les pilotes rentrent les uns après les autres et comptent sur l'efficacité de leur team pour un changement rapide de pneu. A ce jeu là, Fred Chaplain qui a gardé la tête froide pour rentrer au bon moment et organiser son équipe, tirera magnifiquement son épingle du jeu pour finir sur la plus haute marche du podium. En seconde position Aurélien Chevallier lui aura tenter le pari de rouler régulier en pneu sec sous la pluie tout comme Eric qui lui n'aura pas vraiment eu le choix. En effet n'ayant qu'une paire de jante pour la Nuda, il ne pourra pas tenter le changement de pneu. Mais ce choix ne l'a finalement pas desservi car malgré un petit cafouillage au ravitaillement il fera son petit bonhomme de chemin. Longtemps 8ème en course, il se fait rattraper par l'armada des pneus pluie à quelques tours de l'arrivée et finira tout de même à une belle 14ème place.
Un week-end très dense donc et en demie teinte mais qui fini bien. C'est ça la course: se faire plaisir!

Arrivée le jeudi soir, l'équipe s'installe, mange un bout et se met directement au travail pour préparer la Nuda et la Gladius (voir vidéo). Car force est de constater que la bête ne se laisse pas apprivoiser. Fourche, amortisseur et pot sont en place depuis le bol, mais la moto ne se laisse toujours pas diriger au doigt et à l'oeil. Tout le monde retrousse ses manches et c'est parti: changement du support de guidon pour le rabaisser, fabrication d'une selle sur mesure pour être plus proche du centre de gravité et au final l'équipe se couche aux alentours de 4h du matin!
Le lendemain le temps n'est pas stable et les essais se déroulent tant bien que mal. La gladius est rapidement réglée mais la Nuda ne se laisse pas faire! Un petit tour chez Fred d'Ul'Team Bike le soir même permettra de trouver d'où vient le problème. Les bouchons de fourche ont étés inversés... Le bouchon "R" règle la compression et le "C" la détente. Fred sort les tournevis et quelques minutes plus tard la moto trouve un réglage de base qui permettra déjà d'y voir plus clair le lendemain. Un grand merci à lui.
Le lendemain, c'est clair, les qualifs se feront sous la pluie. La première qualif est esquivée (trop froid, trop sommeil, trop de pluie, trop tôt...) mais pour la deuxième, il faut y aller. Et finalement la pluie ce n'est pas si dramatique... Eric se sent à l'aise sur la Gladius qu'il connait bien et trouve une 4e place sur la grille. En roadster, c'est plus compliqué. La Nuda a certes du couple mais sous la pluie ce n'est pas forcément une bonne chose: difficile de faire toute la ligne droite avec la moto droite! Surtout avec la cartographie moteur sur "Sec". Au final une 20e place sur la grille, cela laisse un peu de marge de progression.
Le samedi après-midi c'est le déluge (voir la météo des pistes), les courses sont toutes annulées et reportées au dimanche. Cela laisse le temps pour une petite sieste.

Le dimanche commence par la première course Twin Cup. Eric surprend tout le monde et fait un bon départ en s'emparant de la 3eme place. Mais la concurrence est rude et Eric se fait rapidement dépasser par les deux pilotes qui l'ont pris en chasse et se retrouve 5eme. A la mi-course, Eric est un peu esseulé. Il descend les chronos en un gros 1'37. Un peu déçu de ne pas avoir su prendre le bon rythme, il finit 5eme.
Pour la première course en roadstercup, le départ est plus difficile et plus prudent. Eric se retrouve avant dernier au premier tour! Mais rien n'est perdu. Il remonte progressivement ses adversaires en même temps qu'il améliore le chrono et s'habitue à la moto. Il finira en 14eme position.
La deuxième course de Twin Cup, c'est le moment ou jamais. Sauf qu'au départ, la meute s'envole avant qu'Eric ait eu le temps d'embrayer. Encore une fois, il a du mal à prendre un bon rythme et quelques douleurs dans le genou ne l'aide pas à se mettre à l'aise. Mais en fin de course, la bagarre pour la 5eme place va lui redonner une seconde jeunesse. Il oublie la douleur et double pour finir en 5eme position et améliore son chrono dans le dernier tour en 1'36.
Le dimanche se termine et la deuxième course de roadstercup clôture la journée. Cette fois Eric prend un bon départ et se bagarre dans le peloton de la 15eme place. A la mi course, le genou commence de nouveau à faiblir et le pneu arrière montre des signes d'usure. Une première alerte dans le triple gauche puis une grosse frayeur suite à un dépassement l'obligeront à rentrer au stand.

Le week-end se termine donc sur une petite pointe de déception mais le travail effectué a tout de même bien porté ses fruits et la saison peut commencer de manière sereine, tant pour le developpement de la Nuda que pour la tête du classement avec la Gladius.

L'article de caradisiac sur la course de Lédenon ici.

Après une préparation hivernale frisant la correctionnelle, le double one team était de retour au bol d'argent. Eric ayant été chercher la Nuda quasiment la semaine précédant le bol, la préparation et la connaissance de la moto étant quasi nulle, le choix a donc été fait de partir avec la gladius désormais bien connue.
Le mercredi soir, cette dernière est donc révisée sur place pour être prête le lendemain. Le jeudi, les essais vont bon train et les chronos descendent. Eric retrouve une deuxième jeunesse avec sa hanche toute neuve et fait maintenant jeu égal avec le doc. L'équipe est complétement homogène et les deux pilotes ont des retours similaires sur le comportement de la moto. Quelques petits réglages plus tard la moto est plus stable et les deux co-équipiers descendent encore les chronos. Après une petite hésitation aux qualifs au sujet des pneus à prendre, l'équipe décide de continuer avec les pneus imposés par le WERC pour jouer le challenge dunlop.
Les qualifications se déroulent sans encombre et les chronos sont régulièrement en 2'01. La barre des 2 minutes au tour est presque à portée de main. De bon augure pour la course mais cela donne une surprenante place en fin de grille au départ (50ème).
Le doc ayant pris le départ du précédent bol, c'est Eric qui s'y colle cette fois. Le départ est relativment bon et l'équipage gagne régulièrement des places sur les concurrents. Pour le relais, l'équipe est prête mais l'acerbis ayant fait des siennes juste avant la course, il a fallu en trouver un autre à la dernière minute. Malheureusement il est moins rapide et tout le monde regarde l'essence couler avec impatience à chaque arrêt. Que de précieuses secondes perdues! Qu'à cela ne tienne, les pilotes cravachent et ne lâchent rien, le temps au tour continue de chuter et le meilleur tour en course sera finalement de 2'00"258. La barre psychologique des 2'00 n'est pas atteinte mais ce n'est pas faute d'avoir essayé. Au final il y aura de l'enjeu jusque dans le dernier relais, ou Marc prendra encore l'avantage sur 2 pilotes dans les 3 derniers tours (dont un sur la ligne d'arrivée) pour finir à une très honorable 29ème place au général et à une 11ème place au classement 600. Le team se console en se disant qu'il finit 3ème 600 bicylindre et qu'avec des si...
Mais le résultat personnel des pilotes est bon et c'est de bon augure pour la saison. Alors...tous les feux sont au vert!

 

   
contact