Comptes-rendus 2008
Comptes-rendus 2009
Comptes-rendus 2010
Comptes-rendus 2012
Comptes-rendus 2013

Résultats RoadsterCup 2011
Résultats TwinCup 2011

 

Podium Twin Cup 2011
Le podium de la Twin Cup 2011

 

Chat
Le chat a les dents longues... et les yeux bleus!

 

Sponsors
Le sponsoring, une grande aventure à vivre de l'intérieur.

 

 

 

François Etterle
Les félicitations de François Etterlé: "Je crois que c'est la première victoire de la Gladius dans un Championnat français!"
(Directeur Comerciale Suzuki France)

 

 

La guerre est déclarée
Eric et Damien encore en bagarre

 

 

Merci aux sponsors!
S'amuser: c'est aussi ça la course

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Duo de choc!
...et quand dans l'air flotte un doux parfum... d'ARSOUILLE!!!
("joe bar team")

Super U
Jean Pierre, sponsor mord'U de moto

A eviter
A mettre sur la liste des choses à éviter...

I'll be back...
Serait-ce le retour?

 

 

 

 

 

 

Verte de rage!
La Gladius à les crocs

 

De bonne augure? Mais pour qui?
Belle bagarre en tête! On n'attendait que ça.

 

Steph est ému!
Un podium, ça, ça fait plaisir!

 

 

 

 

 



La fameuse gladius fait la fière!

 


La première victoire de la saison revient à Damien, Felicitation!

 

 

Rien n'était encore joué pour le classement du championnat en arrivant au Vigeant pour les deux dernières courses de la saison. Même si Damien avait peu de chance de rater le sacre de cette année, Eric voyait sa deuxième place au général menacé par au moins 3 pilotes. Et ce n'est pas le temps instable de ce Week-end qui lui a facilité la tâche.

Jeudi, jour de roulage, on est loin des temps de courses de l'année dernière pour nos deux concurrents. Des petits réglages et quelques améliorations de la moto (notamment esthétiques) redonnent le sourire à Eric. Le vendredi les temps descendent encore un peu mais ce n'est toujours pas ça. La pression monte et le temps promet de ne pas leur faciliter la tâche ce week-end.

Samedi la tension monte encore d'un cran car au levé du jour une petite surprise attends les pilotes: la pluie. Départ de la première qualif en pneu pluie donc et des temps au tour toujours peu flatteur. Heureusement la deuxième séance quant à elle sera en pneu sec et même si Eric se classe 8ème à une seconde de la pole, il se sent encore suffisamment d'attaque pour tomber les chronos en course. Damien qui a peu à gagner mais beaucoup à perdre, se contente de la 11ème place.

La première course arrive et Eric est confiant, il se sent capable de jouer en tête. Il prend un bon départ qui fait définitivement taire les mauvaises langues sur sa capacité à se jeter dans le peloton et apparait en 5ème position à la fin du premier tour. Il s'attaque alors à une belle remonté jusqu'en 3ème place à l'issu de la mi-course. Dans un bon rythme il s'atèle alors à remonter sur le 2nd qui est encore à sa porté. Le #111 Yann Pasco qui commande la course est quant à lui déjà hors d'atteinte. Le sort en décidera toutefois autrement. Sur un freinage appuyé, Eric sent son guidon se dérober sous ses bras. Il passera le reste de la course à tenter de le remonter et fera du mieux qu'il pourra. La meute des poursuivants n'étant pas loin il se fait remonter et passer pour finir à la 7ème place. Résultat frustrant qui le met vraiment en danger pour la dernière course et la seconde place du championnat. Pour la première place, il n'y aura pas de surprise car Damien, auteur d'une course discrète et 8ème sur la ligne d'arrivée remporte suffisamment de points pour se mettre à l'abri de tous. Il peut monter sur la première place du podium générale et fêter dignement la victoire.

Dimanche, la pression sur les épaules d'Eric est forte. François Gilles #24 n'est qu'à quelques points et il fera tout pour prendre la deuxième place du championnat. Yann Pasco #111 et vainqueur de la course rapide n'a pas non plus envie de se laisser dominer. Mais là encore le danger vient du ciel et une averse s'abat sur le circuit à une demi-heure du départ. Puisque dans l'eau minet râle, Eric décide de partir en pluie tout comme Damien qui n'a rien à perdre si ce n'est sa moto. Le début de course est humide mais après vingt minutes, la piste est presque sèche et le peu de pilote ayant pariés sur le sec remontent les autres concurrents. Yann alors en tête rentre pour changer ses pneus et ravitailler, Damien ravitaille sans encombre et repart en pluie. Eric lui doit composer avec un réservoir plus petit et attend la moitié de la course pour ravitailler. Il repart aussi en pneu pluie sur une piste désormais sèche. La course est difficile à suivre entre les attardés, les pneus pluie et les pneus secs et il faudra attendre jusqu'au dernier tour pour connaitre le classement final. Et le verdict est dur et amère: 8ème place pour Eric et 11ème place pour Damien. Et c'est presque avec surprise qu'au final, en faisant les totaux du championnat, Eric conserve sa 2ème place au général seulement deux points devant François Gilles, 6ème de la course longue.

Au final, après un début de saison où il a fallu découvrir et régler la moto et un dernier week-end difficile le résultat est là et la Gladius et son pilote, ont montré qu'il fallait compté sur eux. C'est donc en toute logique qu'il est aujourd'hui question de repartir l'an prochain avec la même équipe pour enfin remporter le titre!

Ahhh Carole: en pleine banlieue parisienne avec le beau temps, le trafic fluide des grands axes, les infrastructures du circuit. Tout un poème d'ironie pour des provinciaux. Et pourtant, n'importe qui ayant roulé sur ce circuit ne peux s'empêcher d'avoir envie de revenir. Ce n'est pas pour rien qu'Eric aime rouler ici. Certes l'adhérence peut parfois être précaire mais ce tracé met la banane.

Vendredi, jour d'essai, quelques réglages permettent d'améliorer le grip avant qui talonne un peu ici et la vivacité des machines pour que le comportement de la triumph et de la Gladius soit plus proche l'une de l'autre. Le temps se tient et reste beau pour le moment. Même si le rythme est proche de je-decouvre-le-circuit.com, les sensations arrivent doucement.

Samedi matin, jour des qualifs, cette fois plus d'excuse il faut y aller. Surtout que la météo est incertaine pour le reste de la journée. Damien mène le bal de cette séance en améliorant les chronos suivi d'Eric qui accélère aussi à l'autre bout du circuit. Tout ce joue 3 tours avant la fin de la séance alors que Damien en tête depuis plusieurs tours rentre au stand pour voir où en sont les autres pilotes et se fait voler la pole par Eric qui passe devant pour 1 millième de seconde (1'09''504 et 1'09'503). Damien repart mais il est trop tard, Eric améliore encore alors que Damien ne peut faire qu'un tour chrono. L'après-midi, il pleut et les positions sur la grille seront donc figées par la qualif du matin. Cependant les deux pilotes s'élancent: Damien pour valider la moto sur la pluie et Eric pour faire des rond et se désinhiber.
L'après-midi comme les choses sérieuses finissent toujours par arriver, Eric s'élance de la pole suivi de Damien. Les feux passent au vert et c'est le #285, Nicolas Truiller qui fait le holeshot et avec la manière! Et même si Eric prend un bon départ et passe 2ème à la fin du premier tour, il se fait passer par Damien au bout de trois tours. Les deux hommes s'attaquent alors à remonter sur le #285 roue dans roue et finissent par le doubler à la mi-course. Commence alors la bagarre pour la victoire. Eric sait qu'il peut gagner et il finit par passer devant. Il hausse alors le rythme pour décrocher Damien et ça marche! Eric remporte (enfin) ça première victoire avec, à la clé, le meilleur tour en course reléguant Damien à 4 secondes derrière lui et Nicolas Truillet à une vingtaine de seconde. Le week-end ne pouvait pas mieux s'engager. En tout cas pour Eric. Super Gégé venu en Guest Star pour montrer qu'il n'y a pas qu'une Gladius qui sait rouler vite, se loupe à Golf et fini la course sur le bas côté. Il lui reste encore une course pour se rattraper.
En RoadsterCup, Eric se détend et enchaine les tours de plus en plus vite. Et même si le peloton de tête est encore à un autre niveau Eric termine à une honorable dixième place.

Le dimanche ne s'annonce pas sous les meilleurs hospices. Il a plu toute la nuit et la piste est à la limite de l'humidité. Les deux pilotes s'élancent tout de même en pneu sec, la pluie ne devrait pas être au programme. Le scénario de la veille se répète car s'est encore le #285 qui prend un excellent départ et les deux pilotes se retrouvent 3ème et 4ème. Le départ est prudent et après quelques tours pour juger la piste et le grip Damien et Eric accélèrent et double les deux hommes qui les précèdent. Comme la veille, Eric fini par prendre le commandement et Damien talonne de près. La sortie du safety après 20 minutes de course mettra le groupe de tête à l'abri des poursuivants. Dès que le safety rentre au stand, le balai des relais commence et quand tout rentre dans l'ordre Eric est toujours en tête poursuivi de près par Damien! Les deux hommes fondent sur les attardés mais à ce jeux c'est Eric qui a le plus d'expérience. Il commence alors à prendre le large sur Damien. La course cependant ne se termine qu'au drapeau à damier et un nouveau coup de théâtre survient à 10 minutes de la fin. Damien qui assure confortablement sa deuxième place se fait surprend par son frein avant qui grippe à hôtel. Il remet alors du gaz pour relancer convenablement la moto mais les quelques gouttes de pluie qui commencent à faire leur apparition sur le circuit ont raison de l'adhérence du pneu arrière. Damien chute à seulement quelque mettre de son équipe stupéfaite, sur la trajectoire de sortie d'hôtel. Les commissaires agitent le drapeau jaune alors que Damien est encore sur la trajectoire. Il commence à remonter sur la moto pour constater les dégâts juste au moment ou François Gilles, surpris, subit le même sort au même endroit. L'équipe dans les stands, désespérée de voir deux pilotes sur la trajectoire, demande le drapeau rouge mais la course continue sous drapeau jaune et les deux pilotes rejoignent finalement les stands pour ne plus les quitter. Pendant ce temps Eric a rejoint Gégé, relégué à un tour par le safety, pour une petite passe d'arme entre alsacien. Le rythme est alors à la prudence après les quelques gouttes de pluie. Cependant Eric profite des chutes et de son avance qui est de plus de 30 secondes sur le deuxième pour gérer la course. Le drapeau à damier s'abaisse alors. Eric comblé par cette deuxième victoire et gratifié du meilleur tour en course (de nouveau) repart donc avec le maximum de point que pouvait offrir Carole. Chapeau! Pour un coup d'essai Gégé, quant à lui, montre, s'il était encore besoin, que la Gladius est une moto rapide en se plaçant à la 8ème place.

Malgré sa chute Damien est encore l'homme le mieux placé pour remporté le titre cette année. Eric peste de ne pas avoir était en mesure de se battre plus tôt pour la victoire pour le championnat car il sent maintenant Damien à sa porté. Qu'importe, la finale au Vigeant sera tout de même savoureuse car c'est bien connu, un pilote à toujours un honneur à défendre... et une course à gagner!

Dijon-Prennois, le troisième rendez-vous du WERC nous attendait pour le tournant de la saion. Et il n'a pas rendu facile la vie des pilotes durant tout le week-end car la pluie, le vent, le soleil, le froid donnaient tour à tour l'impression que la météo n'avait aucune envie de laisser le championnat sans rebondissements. Ce qui ne fut effectivement pas le cas.

Pour commencer, le jeudi et le vendredi, jours de roulage et d'essai libre la météo est plutôt à la pluie et seulement quelques fenêtres de beau temps et de piste (presque) sèche permettront à Damien et Eric de régler leur démultiplication. De fait, la gladius est prête et Eric est tout de suite dans le rythme de Damien ce qui leur permettra de bien s'amuser entre eux et de prendre l'aspi l'un l'autre tout au long de la grande ligne droite du circuit, dans la bonne ambiance qui, on le sait, caractérise normalement le WERC. Damien a d'ailleurs eu la bonne idée de faire des vidéos de ce moment de pure plaisir!

Vient ensuite les qualifs. Première surprise, 10 commissaires manquent à l'appel et la première séance qualif se transforme en essai libre. Rien de bien décourageant et au final, la deuxième séance qualif permet à Damien de prendre la pole et Eric s'empare de la deuxième place à seulement 2 dixièmes. Tout cela augure une bonne bagarre en course.

Mais rien n'est jamais joué d'avance. Et alors que nos pilotes attendent impatiemment en pre-grille l'évacuation d'un pilote blessé lors de la catégorie précédente, le temps tourne sournoisement à la pluie. Toutefois la piste est toujours sèche et les pilotes finissent par prendre place sur la grille de départ. La meute s'élance et pour la première fois de la saison Damien ne prend pas un bon départ. Ne souhaitant pas rester trop longtemps à l'arrière du peloton de tête il commence à doubler et, surpris par la trajectoire du pilote qu'il tentait de doubler, il part en glisse, une fois puis une deuxième et chute! Sa chute est d'ailleurs suivie immédiatement par celle d'un autre pilote et les commissaires sortent le drapeau rouge. Ils ne reprendront d'ailleurs pas la piste et laissent à leur concurrent de précieux points. C'est alors que, au moment où tout les pilotes attendent dans la voies des stands la réouverture de la piste, les commissaires déclarent la piste "WET" : mouillé en français dans le texte, dès les première gouttes de pluie avant de donner 10 minutes aux pilotes pour aller changer de pneus. Après un moment d'indécision et une réduction de la course à 10 tours au lieu de 15, une averse mettra tout le monde d'accord pour positionner 2 pneus pluie sur la gladius. Mais ce petit flottement dans le box va finir par couter chère. Quand Eric rejoint la piste comme une dizaine d'autres de ces camarades, les pilotes partent déjà pour le tour de chauffe. Les pilotes en attente, sont relâchés après le départ de ceux qui sont déjà sur la grille et les rejoignent dans le tour de chauffe. Eric se positionne donc en tête suite à l'abandon de Damien et il est rejoint sur les deux premières lignes par quelques pilotes qui comme lui seront arrivés un peu tard.
Le deuxième départ est lancé et une grosse bagarre fera rage tout au long de la course entre les 4 pilotes de tête dont Eric! Les pilotes du peloton se passent et se repassent à l'aspiration dans la ligne droite à chaque tour sur une piste séchante qui détruit les pneus pluie. Et Eric, plusieurs fois en tête pendant la course, finira très déçu à la 4ème place. Mais la déception va vite se muer en stupeur quand un pilote finissant avec presque un tour de retard portera réclamation contre Eric (et lui seul) car le règlement impose aux pilotes qui ne sont pas présents au tour de formation de se positionner en fond de grille pour le départ de la course. Déclassement qui sera très mal vécu non pas à cause de la décision des officiels mais plutôt à l'encontre du pilote dont l'action ciblée n'est pas vraiment au diapason de l'esprit de ce genre de course...

Mais, même amère, la fine équipe se retrouve de toute façon autour d'une bonne tablé le soir même alors que la moto de Damien a été remise à neuf. Le lendemain, une petite averse réveil les pilotes et même si au final tout le monde (ou presque) part en pneu sec, la piste est un peu froide et glissante en début de course et les chrono s'en ressentent. Damien ne se laisse pas abattre et reste dans le peloton de tête alors qu'Eric un peu moins rassuré se laisse un peu distancé et se retrouve au alentour de la 10ème place. Cette fois, au jeu du ravitaillement, c'est Damien qui s'en sort le mieux car tout se passe bien et une fois que tous les autres pilotes auront ravitaillé, il se retrouvera en tête. Position qu'il gardera fièrement jusqu'à la fin. Moins de chance en revanche pour Eric. La gladius à un réservoir plus petit et il faut mettre plus d'essence. Le ravitaillement et également un peu moins précis et n'arrange pas les précieuses secondes qu'il avait déjà de retard. Mais qu'à cela ne tienne, Il remonte comme une balle sur une piste qui cette fois est complètement sèche, emmenant dans sa roue le #111 Yann Pasco. Ils enchainent les meilleurs tours en course et remontent progressivement. Finalement le temps leur fera défaut et c'est Yann Pasco qui finira devant Eric, 5ème. Encore une petite déception pour Eric (qui cette fois ne sera pas disqualifié) auteur du meilleur tour en course.

Et pour ceux qui doutaient des capacités d'Eric au guidon d'une triumph, qu'ils se rassurent. Eric se soigne et a trouvé un bon médecin: Fred Chapelin est passé dans le box et a remis la moto dans le droit chemin en dégrossissant considérablement les réglages de la triumph. Eric se sent mieux sur la moto et gagne 1seconde et demi au tour. Son mécano a pris une leçon au coté de Fred et il est à espérer que les choses s'améliorent encore à l'avenir! En tout cas ce fameux réglage fait passer Eric de la 19 place en course rapide à la 11ème en course longue: tout un symbole! Y aurait-il encore de l'espoir?

Prochaine course dans un mois au circuit Carole, circuit fétiche d'Eric qui voudra montrer à tous qu'il n'a pas seulement le potentiel mais qu'il peut aussi monter sur le podium!

Malgré un petit décalage des dates de course, Ledenon nous attendait pour cette deuxième manche des WERC. Premier constat: la Gladius est verte... de rage comme on le verra plus tard. L'équipe partage de nouveau le box avec Damien #9, qui n'attend qu'une chose: qu'Eric et la Gladius se montrent à leur juste valeur.

Les premiers essais se déroulent sans accroc et la Gladius répond présente et progresse de tour en tour. On est bien loin de la moto de 34 cv à peine dégrossie! Le samedi, les chronos descendent et tout le monde attend la deuxième scéance qualif. Malheureusement une averse relativement courte mais qui mouillera à peine la piste aura raison du courage des pilotes. Eric s'élance tout de même pour valider que la moto marche bien sur la pluie et surprise s'arrête dès le premier tour! Constat: l'entretoise de roue avant d'une gladius n'est pas la même que sur un SV. Encore une petite farce de la Gladius qui n'en rate pas une pour se faire remarquer. Un peu de bricolage et quelques tours plus tard, la Gladius repart et ne donnera plus de signe de faiblesse sur le mouillé. Toutefois impossible d'améliorer les temps du matin sur le séchant et le verdict est donc une 1ère place pour Damien sur la grille, que décidemment rien n'arrête, et une 6 ème place pour Eric qui se retrouvera donc à l'affût en deuxième ligne.

Premier départ de la vitesse Twin Cup, Eric se fait déposer et se retrouve 13ème en milieu de peloton. Damien quant à lui montre ses ambitions et part en tête. A peine 4 tours couverts et Eric remonte à vitesse grand V en 10 ème position alors que Damien s'envole en tête... puis c'est le drapeau rouge! Johan Denaud qui n'a décidemment pas de chance perd l'avant dans le camion et broie sa moto. Dommage car cette fois il se retrouvait sur une vraie moto de Twin Cup (comprenez une SV et non une Ducati). Le week-end s'arrête là pour lui et finalement il s'en tire avec seulement quelques bleus. La course repart, une fois la moto de Johan déplacée, pour 9 tours seulement et avec les places acquises dans la première partie. Eric repartira donc de la 10ème place et Damien de la tête. Le deuxième départ est moins clément pour Damien mais moins cruel envers Eric. Ils se placent respectivement 2ème et 11ème à la sortie du triple gauche. Damien ne démord pas et veut tout gagner, il se débarasse d'Hugo Angelica #6 et caracolera en tête jusqu'à la fin. Eric quant à lui veut montrer qu'il est dans le coup et signe le 3ème meilleur temps en course lors d'une fabuleuse remontée qui le transporte de la 11ème à la 6ème place en seulement 9 tours de courses! Tout ça semble prometteur.

Le lendemain le moral est au beau fixe dans le box car même si le vent souffle fort dans le triple gauche, il fait beau et il s'agit maintenant de la course longue, qui peut pardonner les mauvais départs et a toujours souri à Eric. Le départ montre à nouveau la faiblesse d'Eric et la Gladius se retrouve en 11ème position. Damien quant à lui n'attend pas et part en tête. Eric s'attelle alors à remonter sur le groupe de tête. Damien profite de son avance pour ravitailler et le jeu de la course d'endurance ne lui fait pas de cadeau (et ce n'est pas la première fois) car l'essence de l'acerbis ne se presse pas pour remplir le reservoir et le ravitaillement est long. Il repart alors en 7ème position mais rien n'est perdu car tout le monde n'a pas encore effectué l'arrêt obligatoire. D'ailleurs Eric qui est maintenant tellement motivé qu'il se bat en 3ème position en oublie presque de passer par les stands. Lorsqu'il s'arrête, un petit cafouillage et l'obligation de mettre plus d'essence dans la Gladius que dans la SV lui feront perdre quelques secondes mais il repart tout de même en 3ème position. S'ensuit alors une bagarre avec le #38 qui durera jusqu'à la fin de la course. Le 72 qui était en tête ravitaille et ne refera plus surface pour venir se battre aux avant-postes. Eric se bat bec et ongles et se retrouve même en première position à 15 min de la fin de la course. Mais c'est sans compter sur la determination sans faille de Damien et la combativité du #38. Damien, qui n'a pas perdu son temps et enchaine meilleur tour en course sur meilleur tour en course, remonte tout le monte et se défait même des deux premiers pour se retrouver en tête et y rester. Eric, quant à lui, finit par céder face à l'autre Eric (#38) et au jeu du dépassement des attardés. La course s'arrête brutalement sur drapeau rouge à 5min de la fin et au bilan: un podium (3ème place) bien mérité pour Eric et encore une victoire de Damien!

En roadstercup, Eric n'a toujours pas trouvé le mode d'emploi et la moto n'est toujours pas réglée. Pour courronner le tout deux erreurs se sont rajoutées à tout ça: une pression de pneu arrière à 3,4 bars et un pignon de sortie de boite 2 dents trop grand, n'ont pas arrangé les choses. La moto est fatigante et Eric est obligé de rendre la main en endurance alors que c'est le type de course qu'il affectionne. Mais l'équipe n'est pas du genre à baisser les bras et même si Eric n'est toujours pas dans les points, un chrono honorable aux essais montre que rien n'est impossible.

Rendez-vous donc à Dijon où Eric aura à coeur de briller et où Damien ne voudra rien lâcher sur ses terres...

Première course de l'année 2011, Pau nous attendait avec un soleil radieux... et un travail monstrueux. Heureusement que pour cette course Nanard (mécano de Damien) et Jean-Seb, ancien ifmalien de Bayonne étaient là pour prêter main forte. Car le challenge de cette année n'est pas des plus faciles. En effet, non content d'arriver deuxième l'année dernière Eric a décidé de tenter ce que personne n'avait tenté jusque là: rouler en Gladius en Twin Cup. La décision (relativement tardive) du choix de la moto a amené le team à travailler d'arrache pied dès jeudi et jusqu'à vendredi soir pour obtenir une moto capable de passer le contrôle technique et faisant plus de 34cv... Et pour ça il faudra aller à Bayonne pour apprendre que rien ne ressemble plus à un fil noir qu'un autre fil noir...

Bilan des deux jours: une moto en ordre de marche mais avec peu de réglage moteur et suspension et une Triumph (ne l'oublions pas) à peine depoussierée de l'année dernière. La saison commence donc directement par les qualifs. Dur dur de se remettre dans le bain après une "pause" hivernale sans roulage. Au final une modeste 9ème place en Twin Cup et un fond de classement en roadster. Le week-end qui s'annonçait difficile persiste et signe.

Le samedi, c'est la Twin Cup qui ouvre le bal, "à la fraiche". Il fait toujours beau et relativement bon pour l'heure. Eric part et se fait progressivement passer par quelques pilotes du milieu de peloton, mais en milieu de course c'est le déclic, après tout, la gladius ne serait-elle rien d'autre qu'une SV deguisée? Il remonte rapidement en 1'29 au tour (le meilleur temps de la course etant de 1'28''4) pour s'emparer de la 7ème place. Pour la course d'endurance, tous les espoirs sont permis, Eric a toujours préferé l'endurance et la moto a su se montrer prometteuse. Cependant le départ revèle Eric en millieu de peloton, et progressivement la tête de la course dispose de presque un demi tour d'avance. Pas d'affolement dans le team qui connait bien l'endurance pour savoir que rien n'est jamais perdu. Les premiers ravitaillements arrivent et Eric rentre au stand, le réservoir de la gladius avale ses 4 litres sans encombre mais au moment de partir, la moto ne démarre pas et le carénage droit ne tient pas en place. Eric repart en 9ème position suite aux 2 places perdues dans les stands. Il remonte jusqu'en 7ème position où il se bat avec le #22. Puis s'offre une grosse glisse dans la descente qui précède l'épingle. Un peu refroidi Eric finit la course en se battant avec son carénage qui ne tient décidément pas en place et se fait passer juste avant l'arrivée par un groupe de poursuivants pour finir à la 10ème place.

Pour ce qui est de la Roadstercup, pas de gros miracle en course rapide où Eric finit en dehors des points. Pour l'endurance après un deuxième départ suite à une chute au debut de la ligne droite, Eric abandonnera dans les stands alors que les ravitailleurs n'etaient pas prêts à le recevoir... Une course ou plutôt un week-end à oublier au plus vite et qui aura été surnommé par l'equipe: WeekEndDeMerde.com...

Heureusement le week-end n'a pas été perdu pour tout le monde car Damien #9 qui partageait le box a bien préparé sa saison. Après une 3ème place au général l'an dernier, il revient determiné et arrache 51 points (2 victoires et un record du temps en course) sur les 53 possibles. Mais son envie de se frotter à la gladius pourrait bien se concrétiser dans les courses à venir. Le championnat n'est pas fini et le Team n'est pas du genre à abandonner sans combattre!

   
contact